Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 10:01
Je commence aujourd'hui une série de billets sur la Réforme des Retraites qui sera le dossier phare des prochains mois.  Ce sujet préoccupe au plus haut point La Gauche Moderne.  En effet, il est important de décider enfin d'une réforme qui assure la survie financière du système.  Mais ce serait une erreur de ne considérer que l'aspect financier.  Cette réforme doit être l'occasion de prendre en compte les dysfonctionnements, voire même parfois les injustices, du système actuel.  L'enjeu n'est donc pas seulement de se mettre d'accord sur quelles cotisations augmenter (dans le temps, en pourcentage ou en élargissant l'assiette), mais remettre à plat tout le fonctionnement de notre système par répartition pour y introduire plus de justice sociale.  Pénibilité, parcours professionnels 'sinueux', minimum vieillesse, espérance de vie, égalité homme / femme : les sujets à aborder ne manquent pas.

Commençons aujourd'hui par poser le débat de manière la plus objective possible.

Fait N°1 : Depuis plus de quinze ans, du Livre blanc de Michel Rocard au Conseil d’orientation des retraites créé par Lionel Jospin, la réalité de l'évolution future de notre système est non seulement connue mais aussi partagée par l'ensemble des forces politiques et syndicales du pays. Le choc démographique, avec l’arrivée à la retraite des générations du papy boom, est inexorable.  Le taux de croissance et le taux de chômage sont des paramètres  secondaires qui peuvent contribuer à amortir ou au contraire accentuer les déséquilibres financiers de notre système par répartition.

Fait N°2 : Le financement d’un régime de retraite par répartition repose sur quatre variables
  • la durée de cotisation,
  • le montant des pensions,
  • le taux des cotisations,
  • l'assiette des cotisations.
Fait N°3 : La pénibilité du travail a un lien direct sur l'espérance de vie.  Le système actuel ne prend pas en compte cette dimension.

Fait N°4 : Le taux de chômage des seniors en France  est (anormalement) le plus élevé des pays développés.  Un allongement de la durée de cotisation qui ne serait pas lié à une amélioration de cette situation ne reveindrait qu'à priver une grande partie de nos concitoyens d'une retraite à taux plein.

Fait N°5 : Les pensions de reversion ne prennent pas en compte la contribution à la société des mères de famille.

Fait N°6 : Avec la fin de l'emploi à vie, les situations de personnes ayant changé plusieurs fois de régime de retraite se multiplient.  Pourtant, cette réalité n'est pas prise en compte, conduisant à des injustices graves.

Fait N°7 : Une pension de retraite à taux plein doit permettre à un(e) retraité(e) de vivre dignement.  Les minima d'aujourd'hui ne sont pas à un niveau acceptable.  Leur mise à niveau était un engagement du candidat Sarkozy (et de la candidate Royal).

Fait N°8 : Les Français sont attachés au modèle de retraite par répartition (les actifs d'aujourd'hui paient pour les retraités d'aujourd'hui).

Fait N°9 : La retraite par capitalisation peut être encadrée de telle sorte que les revenus investis soient protégés des aléas du marché (pourcentage minimum d'obligations, etc.).

Au fil des commentaires reçus ici, je serai amené à mettre à jour ce premier article qui pose les bases du débat.  Les prochains billets iront découvrir ce que les confédérations syndicales proposent à l'orée de ce grand débat.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sergiozz 02/04/2010 09:02



voilà la source


http://www.dailymotion.com/video/x329rf_elus-le-regime-special



http://ipol.fr/index.php?2007/09/26/472-faut-il-rformer-le-rgime-de-retraite-spcial-des-lus



SPT 02/04/2010 09:56



merci de cette information.  Pour ma part, je vais enquêter pour recouper ces informations.  En l'état actuel des choses, je ne peux pas dire si c'est crédible (ce n'est pas parce que
quelqu'un le dit sur internet que c'est vrai !).  Je vous tiendrai informé du résultat de mes recherches.



sergiozz 01/04/2010 14:50



Article intéressant trouvé dans un blog intéressant =>

http://gponthieu.blog.lemonde.fr/2010/02/16/sauvons-dabord-la-retraite-de-nos-grands-politiciens/

Craignons le pire… Quand l’Omni, s’agissant des retraites, « exclut de passer en force », on peut redouter qu’il « inclut de passer en douce » avec les mêmes objectifs. On peut en effet tout
attendre ce cette rupture stratégique, attitude plutôt nouvelle, en apparence, sinon revirement pour cet adepte de l’agitation rigide.

Or, à propos de niches fiscales et autres régimes spéciaux, je retrouve la vidéo diffusée l’an dernier par iPol.fr d’une fiscaliste évaluant sur tableau de papier le montant des retraites de nos
grands dirigeants. Le plus grand d’abord, Jacques Chirac, qui empile ses retraites diverses » pour un montant mensuel de 30 800 euros. Oui, vous avez bien lu : 30.800 euros chaque mois ! Soit,
dans le détail, les retraites de (en euros) :

– Président de la République : 5 250

– Député : 5 031

– Magistrat à la Cour des comptes : 3 500

– Conseiller général et maire (de Paris) : 5 000

– Membre de droit du Conseil constitutionnel : 12 0000

Faut-i vous l’emballer ? Non non merci bien, c’est pour engloutir tout de suite !

A côté de quoi la future retraite de Sarkozy paraîtra minable, soit :

– Député : 4 000

– Prés. de la République : 5 250

– Mandats locaux (mairie de Neuilly) : 2 000

– Conseil constitutionnel : 12 000

– TOTAL : 23 250 (Encore un souci de plus pour not’ président).

Et celle de Fillon ? Voilà voilà :

Député : 5 973,33

Mandats locaux : 2 000

– TOTAL : 7 973,33

Bouh, le minus ! (Le document n’a pas précisé s’il toucherait aussi une retraite d’ancien premier ministre).

A noter en passant le régime très spécial autant qu’avantageux des députés, ces faiseurs de loi dont la charité semble bien ordonnée. En effet, il suffit d’avoir tenu un seul mandat de cinq ans
pour avoir droit, dès 60 ans, à une retraite mensuelle de 1 287 euros. Pour deux mandats, hop, ça double, et ainsi de suite ! D’où la palme de nos exemples ci-dessus à Fillon qui a été député
durant 22 ans (plus de quatre mandats). Ah, le brave homme !

Autrement dit le rapport cotisation/retraite pour un député est de 1/6. Oui, un député touche six fois la mise de ses cotisations, soit six fois plus qu’un salarié moyen… Faut vraiment être con
pour ne jamais s’être fait élire dans une vie d’honnête homme. (C’est mon cas…)



La Gauche Moderne Haute Normandie 01/04/2010 15:53



Première remarque quant à la retraite des députés : il faudrait savoir si ce régime spécial est déficitaire (et donc comblé par le régime général) ou non avant de commenter plus avant.


Deuxième remarque : j'aimerais comprendre comment est calculée la retraite de magistrat à la Cour des Comptes de Chirac et combien il a cotisé sous ce régime au cours de sa vie.


Troisième remarque : je suis surpris qu'un élu à la Mairie de Paris touche (de la Mairie de Paris?) une retraite indépendamment du nombre d'années d'exercice (même question pour Neuilly, quid de
Sablé pour Fillon).  En d'autres termes, est-ce que vos sources sont honnêtes ?



Adhérer à La Gauche Moderne

Archives